Meilleures Ventes
Toutes les meilleures ventes
Nouveaux produits
Newsletter Civisol : Abonnez-vous !


Un site isolé n’est par définition pas connecté au réseau et dispose par ailleurs de batteries qui lui permettent de stocker l’électricité qui sera utilisée lorsque les panneaux solaires ne produiront pas, c’est-à-dire principalement la nuit.

Dans ce cas on ne parle plus d’onduleur, mais d’un régulateur de charge solaire et d’un convertisseur.


A. Le régulateur de charge solaire


Le régulateur de charge est la pierre angulaire d’une installation photovoltaïque autonome

Le régulateur de charge solaire a les fonctions suivantes :

  • Réguler la tension pour l’adapter aux caractéristiques de la batterie et son niveau de charge
  • Superviser l’installation
  • Eviter le retour du courant vers les panneaux solaires la nuit (diode)



a. Les différents types de régulateurs solaires


Il existe 2 types de régulateurs solaires :

- PWM : (Pulse Wide Management) c’est la technologie de base d’un régulateur solaire. Son action ne consiste qu’à adapter la tension des panneaux solaires photovoltaïques à ses propres caractéristiques pour fournir aux la tension de charge nécessaire. Il faut par conséquence choisir avec précaution les panneaux solaires et les batteries de sorte que leur tension (Umpp pour les panneaux) soient compatibles avec le régulateur, au risque de perdre une partie importante du rendement de l’installation.

Ce type de régulateur, peu coûteux, est adapté pour les petites installations.


- MPPT : C’est une technologie plus efficace que le PWM. En effet MPPT « Maximum Power Point Tracker » signifie que comme un onduleur MPPT, le régulateur va amener la tension et l’intensité des panneaux au plus près des Vmpp et Impp afin de tirer le maximum de puissance et convertir cette puissance en une tension compatible avec les batteries solaires et une intensité appropriée pour assurer un minimum de déperdition.



Les régulateurs solaires tiennent compte, plus ou moins bien selon les modèles, des caractéristiques des batteries solaires de sorte à respecter les consignes de charges liées à la technologie de ces batteries (voir notre point sur les batteries solaires). De ce fait tous les régulateurs ne conviennent pas à toutes les batteries.

Par exemple certains régulateurs « bon marché » ne sont capables de gérer correctement que la charge des batteries solaires au plomb (AGM ou Gel par exemple). Les utiliser avec une batterie solaire au Lithium compromettrait très fortement la durée de vie de cette dernière.



b. Comment bien choisir un régulateur de charge solaire ?


Le régulateur de charge solaire occupe une place cruciale dans une installation photovoltaïque pour site isolée. Le bon fonctionnement de l’ensemble dépend fortement de ses performances. Il ne faut donc pas négliger la qualité de ce composant et ses fonctionnalités.


Les 4 principaux critères qui doivent guider votre choix sont :

Pour qu’une batterie puisse être performante dans le temps, il faut que le régulateur de charge soit capable de :

  • Suivre précisément son niveau de charge
  • Ne pas la décharger plus que la profondeur de décharge (DOD) maximale
  • La protéger contre la surintensité

  • La tension de la batterie ou du parc de batteries

Les régulateurs de charge ne peuvent pas tous gérer les 3 tensions (12V, 24V et 48V) qu’on retrouve sur les parcs de batteries. De plus la tension du parc de batteries détermine la puissance max. de l’ensemble des panneaux solaires qui peuvent lui être raccordés

  • La puissance de l’ensemble des panneaux solaires auxquels il sera relié (Wc)

En effet les régulateurs de charge ont une limite de puissance (Wc) à ne pas dépasser.

  • La tension maximale Uoc ou Umax de l’ensemble des panneaux solaires auxquels il sera relié (V).

Car les régulateurs de charge ont une limite de tension en entrée à ne pas dépasser.





B. Le convertisseur de tension


Le convertisseur de tension transforme le courant continu provenant des batteries, soit en courant continu (DC-DC) mais avec une tension fixe (12V ou 24V ou …) si les appareils connectés utilisent du courant continu, soit en courant alternatif 230V (DC-AC)



a. Les différents types de convertisseurs de tension


Les convertisseurs de tension ont un rôle important pour l’utilisation du courant et peuvent être une source importante de déperdition de l’énergie électrique selon leur rendement.


Les convertisseurs DC-AC

Il existe 2 types de convertisseurs DC-AC selon la qualité du signal électrique de sortie :

  • Quasi-sinus : la sinusoïde du signal électrique n’est pas régulière comme peut l’être celle du courant du réseau. L’utilisation d’appareils électriques sensibles tels que la hifi, le multimédia, les ordinateurs, les néons, lampes a économie d’énergie … est déconseillée au risque de les endommager.
  • Pur-sinus : la sinusoïde du signal électrique est parfaite.

Il existe aussi des régulateurs-convertisseurs-chargeurs DC-AC (appelés par erreur « onduleurs hybrides » par certains, mais que nous nommons "onduleurs hybrides sans injection" pour éviter les confusions) qui permettent de charger la batterie solaire avec une source de courant autre que les panneaux photovoltaïques comme par exemple un groupe électrogène. Cette source doit fournir du courant alternatif. 


Les convertisseurs DC-DC

Ils adaptent le courant continu pour qu’il ait une tension stable égale à la tension paramétrée, celle qui convient aux appareils électriques qui lui seront connectés et ainsi leur assurer un fonctionnement optimal.



b. Comment bien choisir un convertisseur ?


Voici les 5 principaux critères à prendre en compte pour bien choisir un convertisseur :

  • Type de courant de sortie : alternatif ou continu

              - Si alternatif : quasi-sinus ou pur-sinus si des appareils sensibles (vidéo, hi-fi, multimédia, néons…) sont alimentés
              - Si continu : quelle tension de sortie? 

  • La plage de tensions acceptés en entrée : doit être compatible avec la tension du parc de batterie
  • La puissance maximale de sortie : doit être compatible avec la consommation instantanée prévue sur le circuit de consommation
  • La plage de température de fonctionnement : doit être compatible avec les températures ambiantes min et max du lieu où il sera installé
  • Le rendement : le prendre le plus élevé possible pour éviter les déperditions 


Retour au menu : Tout comprendre sur le photovoltaïque